1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>
Vous êtes iciAccueilActivités et terrainsChantiers et programmes en coursGENERIA Sénégal : Gestion des nouveaux risques et opportunités pour les cultures de décrue en zone sahélienne

GENERIA Sénégal : Gestion des nouveaux risques et opportunités pour les cultures de décrue en zone sahélienne

GENERIA Sénégal

Gestion des nouveaux risques et opportunités pour les cultures de décrue en zone sahélienne

Responsable du projet : J.C. Poussin & B. Barbier

Organismes Partenaires : WASCAL, ISRA, SAED

Téléphone : +221 77 164 34 90 / +221 77 112 36 22

Type de projet : FSP

Fax :

Pays, Région d'étude : Sénégal et Mauritanie, moyenne vallée du fleuve Sénégal

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Date de début du projet : juin 2016

Lien web :

Date de fin du projet : décembre 2018

Description du projet  :

 

Le projet Généria porte sur l’évaluation et la gestion des nouveaux risques et des opportunités, liés au changement climatique, pour la mise en valeur agricole des zones inondables. Au Sénégal, il s’agit des "cuvettes" inondables situées dans le lit majeur du fleuve Sénégal. Traditionnellement, les paysans exploitent ces cuvettes après la décrue en profitant de la ré-humectation de leurs sols à texture argileuse ; ils y cultivent sorgho, niébé, melon et pastèque. On estime à 100 000 ha la surface potentiellement exploitable en "cultures de décrue" dans la moyenne vallée du Sénégal, entre Matam et Podor. Par ailleurs, l'inondation du lit majeur maintient des écosystèmes boisés. Le débit du fleuve Sénégal est régulé depuis 1986, mais le barrage hydro-électrique de Manantali est néanmoins géré de manière à soutenir la crue naturelle du fleuve. L'ambition des Etats riverains est le développement de l'irrigation, dont les surfaces empiètent sur les terroirs de décrue, et dans un proche avenir, d'autres barrages hydro-électriques seront édifiés à l'amont du bassin et auront un impact direct sur l'ampleur de la crue.

Le projet vise à tester des outils et démarches pour mieux caractériser les risques hydriques et évaluer des voies d’adaptation : aménagements hydrauliques, changements dans les systèmes de culture. Il met en œuvre deux approches : (i) à l’échelle régionale (moyenne vallée du Sénégal), un diagnostic s’intéresse à la place des cultures de décrue dans l'économie des ménages, à l'évolution de l'exploitation des cuvettes de décrue et aux impacts des projets d’aménagement ; (ii) à l’échelle locale (deux cuvettes instrumentées), le fonctionnement hydro-pédologique d'une cuvette (inondation, recharge de nappes, ré-humectation et assèchement du profil de sol), les contraintes qui pèsent sur les rendements des cultures, et la cohérence entre gestion foncière et distribution spatiale des propriétés hydro-pédologiques seront analysés. Un modèle d'inondation des cuvettes et de potentialité de mise en culture sera développé pour tester des scénarios de gestion des barrages.

  

 

 

 

©Photos : J.C. Poussin

Equipe(s) de l’UMR concerné(s) : INCA (Innovation et changement en agriculture irriguée), GHOSTE (Gestion Hydraulique, Optimisation et Supervision des Transferts d'Eau), SOCIO-HYDRO (Dynamiques socio-hydrologiques des territoires de l'eau)

Thématique / Domaine : Systèmes de production irrigués

Mots clés : Plaines inondables, Changements globaux, Gestion de barrage

Productions liées au projet :

- Articles :

- Thèses :

- Logiciels :

Commanditaire : Min. Affaires Etrangères, FSP Agricora

Plus d’infos (dossier thématique par exemple) : Ce projet complémente celui réalisé en partenariat avec la SAED sur les Perspectives des cultures de décrue

Les tutelles de l'UMR

  CIRAD IRSTEA

Ligne de séparation