1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Station expérimentale de Lavalette. La recherche pour l'ingenierie de l'agriculture et de l'environnement

 
Titre du projet : Station expérimentale de Lavalette. La recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de l'environnement

Responsable du projet : Patrick ROSIQUE

  Organismes partenaires : JAIN, CIRAD, Ent. G. JAULENT, SEMEATO, GEVES
Téléphone: 00 (0)4 67 16 64 24   Pays, région : France, Languedoc-Roussillon
Fax : 00 (0)4 67 16 64 40  
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.   Date de début : 1989
Site web : http://www.g-eau.net   Date de fin  : actions toujours en cours
 

Description du projet :

La station expérimentale de l’UMR G-EAU à été mise en place en 1989 sur le site de Lavalette au nord de Montpellier. Elle est située au coeur d’Agropolis, pôle regroupant plusieurs organismes de recherche et de formation dans le domaine de l’agriculture et de l’agroalimentaire (IRSTEA, CNEARC, CIRAD, IRD, ENSAM, INRA etc.) opérant en France et à l’étranger.

Elle constitue un lieu privilégié d’accueil et d’échanges pour les équipes travaillant dans le domaine des relations eau-sol-plante-climat, apte à assurer l’interface entre les chercheurs, les industriels, les instituts techniques de la profession agricole.

La station dispose de 5 ha équipés pour l’expérimentation en irrigation. Une station de surpression automatique alimente les parcelles en eau du bas Rhône, dans une large plage allant de l’irrigation localisées, à l’aspersion et au gravitaire.

Les infrastructures sont complétées par des moyens de mesures concernant la distribution de l’eau, l’hydrodynamique du sol, l’état hydrique et physiologique des cultures etc.

Les recherches qui ont été conduites sur la station ont concerné :
- d’une part la maitrise des différentes techniques d’irrigation (économie d’eau)
- et d’autre part le pilotage de l’irrigation en grandes cultures.
 
site_exprimental_du_cemagref___lavalette1.jpg






site_exprimental_du_cemagref___lavalette2.jpgsite_exprimental_du_cemagref___lavalette3.jpg
Mots-clefs: irrigation, goutte à goutte, agriculture, ressources en eau.  
Commanditaire de l'étude : Jain Irrigation Systems  
Type de projet : projet  IRSTEA (financement privé)  

 

L'exploitation des ressources en eau est un des enjeux majeurs du XXIème siècle.
Le groupe de travail ENVIRRI étudie la maîtrise de l'eau dans les sols, sa teneur, ses flux dans toutes les directions, ce qui entraîne impérativement de connaître tous ces paramètres avec la plus grande exactitude.

contexte_materiaux.gif
Différents matériaux de mesure sont testés sur le site expérimental

 

Ce travail mis en place dans les débuts des années 1990 a permis d’étudier les flux sous le principe des grandes cultures avec des tests de techniques de pilotage des irrigations. Les observations recueillies sont mises à contribution pour le calage et la validation de modèles de cultures.

 

Les productions et conclusions sont mises à profit dans des recherches à l’échelle de l’exploitation agricole et des périmètres irrigués pour aborder des aspects techniques, mais aussi économiques en liaison avec d’autres chercheurs de l’UMR.

 

 
syst_irri_aspersion.jpg
Système d'irrigation par aspersion
 
syst_irri_gte_a_gte.jpg








Système d'irrigation en goutte à goutte
 
syst_irri_gravitaire.jpg
Système d'irrigation en gravitaire
 
syst_irri_station_meteo.jpg
Station Météorologique

 

Inséré dans l’axe de travail des effets environnementaux de l’irrigation, un projet de caractérisation et d’évaluation du semis  direct sous couvert végétal(SCV) en tant que système de culture innovant a été mis en place en 2000.















Le travail en station est une étape indispensable à l’élaboration d’outils et de méthodes utilisables par les irrigants, les techniciens et les projeteurs.

 stag5.jpg
stag2.jpg
 
stag3.jpg
 
stag9.jpg
Un panel de stagiaires, techniciens,  ingénieurs, en pleine activités de terrain.
stag6.jpg
 stag8.jpg

 

 

 

La rigueur dans l’élaboration des protocoles, la mise en place, le suivi et l’analyse des résultats en station rendent possible un travail approfondi sur la compréhension des phénomènes physiques, la mise au point et la validation de méthodes et modèles.

 


 

Evaluation agro-environnementale de l’irrigation goutte à goutte enterré pour des grandes cultures

Le nouveau contexte social et règlementaire dans lequel se trouve placée l’irrigation exige de réduire la consommation en eau et de porter une attention soutenue à la persévération de la qualité de la ressource. Cela impose de rechercher des techniques d’apport d’eau et des fertilisants limitant au maximum les pertes, et conduit à s’intéresser à de nouvelles utilisations du goutte à goutte.

 

La technique goutte à goutte permet de réduire les pertes d’eau par évaporation, en particulier dans le cas où la gaine est enterrée. D’autre part, elle élimine évidemment toute perte par transport hors du champ sous l’effet du vent.

 

C’est aussi une technique qui permet une parfaite modulation des apports de fertilisant azoté en fonction des besoins de la culture.

 

L’évaporation et les pertes dues a l’influence du  vent supprimées, il reste à gérer la réactivité du bulbe  et la capacité de remonté capillaire, pour savoir si cette irrigation peut apporter des résultats économiquement exploitables.

Le montage d’un tel projet est assez complexe et demande beaucoup de réflexion avant de lancer les implantations, et la part de mise en place du système est très importante pour avoir un système efficace et pérennisé.


etude1.jpg
Conventionnel Tillage Labour (Auteur : Patrick Rosique)
Les travaux prévus s’appuient sur des études expérimentales sur la station de Lavalette à Montpellier, et des contrôles au laboratoire du LERMI du Cemagref d’Aix-en-Provence. L’utilisation de la modélisation (Hydrus 2D, ainsi que d’autres modèles pseudo-analytiques) couplée à des tests plus légers, pourra permettre d’extrapoler les résultats obtenus pour d’autres conditions pédoclimatiques.

etude2.jpg
Détail de la placette de goutte à goutte enterré
etude3.jpg
Coupe du système goutte à goutte enterré


mat_meth1.jpg








Les gaines Chapin Deluxe sont mises en place à partir du 7 avril 2008, d’abord sur la partie avec labour, à une profondeur de 35 cm (photo n°12), et ensuite sur le Semis Direct à une profondeur de 20 cm. La mise en place des gaines a été réalisée avec une sous-soleuse modifiée pour l’enfouissement par les Ets. Jaulent (Montauban). 






 mat_meth2.jpg

Pas de difficulté pour l’installation, mais il faut toutefois prévoir de démarrer l’enfouissement  1 à 2 m avant la ligne de départ, pour avoir la profondeur désirée en début de ligne (faire la même chose en fin de ligne).

Une mini tranchée a été faite avec un socle de charrue avant la mise en place, pour le départ et l’arrivée des gaines, afin de faciliter la mise en place.
mat_meth3.jpg















Mise en place des gaines sur le semi direct

 mat_meth4.jpg mat_meth5.jpg

L’installation des peignes et purges est effectuée la semaine du 14 au 18 avril 2008.

 

Les pluies pendant cette période nous ont retardés dans la mise en place.

Puis, à l’aide d’une pelleteuse, une tranchée avec la profondeur voulue a été mise en œuvre. Un dégagement à la bèche et à la pelle des sorties et entrées de chaque gaine est conseillé pour faciliter le branchement des gaines aux peignes et purgeurs.
Photos : Patrick Rosique, Cemagref
mat_meth6.jpg
Ecartement des rangs de maïs et des gaines enterrées
Le semis du maïs s’est déroulé pour la partie avec un écartement inter rang de 80 cm le 29 avril 2008, avec un semoir pneumatique Semeato des établissements Gasseler  (Oise). L’autre partie avec écartement inter rang de 60 le lendemain 30 avril 2008, avec un semoir conventionnel du GEVES.
 
 

Le 4 mai, une pluviométrie de 53 mm à apporté suffisamment d’eau pour la levée sans irrigation. Cette levée s’effectue partir du mercredi 7 mai avec quelques difficultés en rapport avec la croûte de battance apparue après ces fortes pluies.

L’installation des appareils de mesure débute à la mi-mai.
mat_meth7.jpg
Mise en place des tensiomètres et Enviro-smart sur semis directs (site SDI 160)

Cette expérimentation débute pour une durée de trois ans, grâce au financement de l’industriel Indien Jain Irrigation Systems.

Il est encore démontré ici qu’il est très difficile de tenir un organigramme fidèle, du montage de projet jusqu'à la réalisation. Les caprices météorologiques ainsi que le calcul théorique restent aléatoires, à côté de la réalité terrain.

 

C’est une des  raisons pour laquelle il faut se battre pour que des sites expérimentaux restent actifs, afin d’être au maximum de la réalité, de ne surtout  pas  privilégier seulement des résultats positifs,  et  ainsi  de rester objectif et réaliste.

 

La mise en place d’un réseau d’irrigation  en goutte à goutte enterré sur le site de Lavalette, dans le cadre de cette expérimentation agro économique en culture céréalière, ouvre des perspectives intéressantes pour l’avenir et le développement des régions méditerranéennes.

 

Il faut  trouver le compromis dans ce type de conduite par l’utilisation de cette irrigation, dans une totale maîtrise pour qu’elle reste attrayante économiquement, en rentrant dans une politique de restriction de l’eau et d’amélioration de la qualité de l’environnement avec des traitements phytosanitaires moins lourds, car utilisés à 100% de leurs effets,.

 

Le test mis en place sur Lavalette au Cemagref de Montpellier, montre déjà des premières notes d’optimismes, et de ce fait, il devient important de se pencher sur la suite à envisager lors de cette expérimentation.

 
 

Actuellement, cet essai se conduit sur une culture de maïs grain, avec deux systèmes différents. L’un sur labour traditionnel et l’autre sur semis direct. Deux écartements de mise en place des gaines ont été choisis pour un comparatif, ainsi qu’une possibilité de rotations de culture ; cette dernière assure la pérennisation du système d’irrigation et ainsi prévoit dans l’avenir d’autre  culture (Colza, Tournesol, Shorgo et aussi voire l’éventualité d’une culture de blé).

Les tutelles de l'UMR

  CIRAD IRSTEA

Ligne de séparation