1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>
Vous êtes iciAccueilActualitésDébat"Les grands barrages et la grande irrigation en Afrique de l’ouest – retour d’expériences" - 06 septembre 2016 - Irstea Montpellier
lundi, 12 septembre 2016 14:51

"Les grands barrages et la grande irrigation en Afrique de l’ouest – retour d’expériences" - 06 septembre 2016 - Irstea Montpellier

 

© Photo L. Ferry

Journée à thème : "Les grands barrages et la grande irrigation en Afrique de l’ouest – retour d’expériences"

Jamie Skinner du GWI était à Montpellier le mardi 06 septembre de 10.30 à 16.00, et a animé une journée de présentations / discussions de travaux et de réflexions sur l’irrigation en Afrique de l’Ouest (réaffectation et compensation des terres, rentabilité de la riziculture en grande hydraulique ect).

 

Cette intervention visait à partager des idées qui pouvaient être creusées / valorisées en collaboration avec le COSTEA, Comité Scientifique et Technique Eau Agricole que l’AFEID anime pour le compte de l’AFD.

Organisation : COSTEA, IIED, UICN, IRAM

Contexte :

En Afrique de l’ouest les constructeurs de grands barrages cherchent à donner des terres irriguées en compensation des terres englouties par le réservoir pour des milliers de personnes touchées par le projet. Depuis 2012 le programme de la Global Water Initiative aborde les sujets liés à la compensation des droits sur les terres, la viabilité des terres offertes en compensation et la rentabilité de la riziculture de manière générale.

La GWI propose aux chercheurs et bureaux d’études intéressés par le sujet des barrages et la grande irrigation une journée de discussion/réflexion autour de ces thèmes dans le cadre du programme COSTEA. La journée abordera les thèmes suivants :

 

 1.      Comment peut-on compenser correctement les terres perdues lors de la construction des barrages – quels sont les enjeux sur le plan de l’expropriation et la réaffectation des terres ? Comment doit-on respecter les droits des paysans ? Comment peut on sécuriser les agriculteurs sur leurs nouvelles terres et l’étendre à l’ensemble des riziculteurs  ?

 

2.      Quelle est la rentabilité économique de la grande irrigation pour le riz du point de vue de l’Etat ?

 

3.      Est-ce que ces investissements, qui coûtent très cher, améliorent le niveau de pauvreté des paysans – si oui quel est l’importance relative des différents facteurs (taille de la parcelle, accès au crédit, accès à la traction animale) etc ?

 

4.      Comment peut on mieux partager les bénéfices des barrages ?

 

Les présentations étaient basées sur l’expérience de la GWI sur les trois barrages existants de l’Anambé (Sénégal), Bagré (Burkina)  et Sélingué (Mali) et de trois barrages en construction : Taoussa (Mali), Kandadji (Niger) et Fomi (Guinée).

 

Filtrer par Thème

Les tutelles de l'UMR

  CIRAD IRSTEA

Ligne de séparation