1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Analyse comparée des politiques de gestion des eaux souterraines dans le Saïss et le Tadla au Maroc - K. Del Vecchio

 

Travail de thèse réalisé par Kévin DEL VECCHIO en contrat CIFRE avec ACTeon Environment, au sein d'IRSTEA, sous la direction de Gilles Massardier (CIRAD) et le co-encadrement de Sylvain Barone (Irstea).

Titre de la thèse (provisoire) "Analyse comparée des politiques de gestion des eaux souterraines dans le Saïss et le Tadla au Maroc"

 

Résumé

Le développement urbain, les changements climatiques et l’intensification de l’agriculture observés au Maroc ces dernières décennies conduisent à une augmentation des pressions exercées sur les ressources en eau du pays. Ce phénomène conduit les autorités publiques à porter une réflexion sur la gestion de cette ressource. Nous nous intéresserons plus particulièrement ici aux eaux souterraines, devenues plus facilement accessibles grâce aux progrès techniques réalisés depuis les années quatre-vingt. Face au développement des puits ou forages privés, les pouvoirs publics construisent un discours alarmant sur la « surexploitation » des nappes d’eau souterraines et élaborent des programmes d’action publique en conséquence. Ces derniers structurent l’action publique en matière de gestion de l’eau bien souvent basée sur des modèles de politique publique diffusés et promus à l’échelle internationale. Il est particulièrement intéressant de voir en quoi chaque territoire possède des caractéristiques propres qui conduisent à des lectures différenciées de ces modèles, cela se traduisant par l’observation d’une variété d’application des cadres législatifs à l’intérieur d’un même pays. Une étude comparative est à même d’apporter un éclairage sur leurs possibles interprétations. Le projet de thèse poursuit un travail entamé au cours d’un master de science politique qui portait essentiellement sur la gestion de la nappe du Saïss dans le nord du Maroc.

L’ambition de ce projet de recherche consiste à analyser un programme d’action publique dans le but d’étudier le fonctionnement de l’Etat marocain « au concret » (Padioleau, 1982) à travers l’élaboration et la mise en œuvre de sa politique de gestion des eaux souterraines. L’objectif est ainsi de retracer la construction d’une politique, depuis sa « mise en politique », aux négociations entre les différents acteurs concernés qui conduisent à son adoption, jusqu’au déploiement d’ « outils de gouvernement » qui instrumentent sa mise en œuvre. Pour cela, il faudra étudier le policy process relatif à la gestion des eaux souterraines en commençant par comprendre comment la notion de « surexploitation » de ces eaux est devenue un problème public (Becker, 1966 ; Gusfield, 1981), mis à l’agenda par des responsables politiques (Kindgom, 1984), faisant ensuite l’objet d’une législation nouvelle. Nous chercherons à comprendre comment cette norme nationale est modifiée sous l’action de groupes d’intérêts (Offerlé, 1994) mais également « traduite » au niveau local (Callon, 1986). Finalement, il s’agira de voir quelle forme de régulation est créée, et si elle contribue à contraindre, mais également à intéresser les acteurs concernés par cette politique publique.

Pour toute info complémentaire (notamment publications et communications) : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article4807 

 
Kévin Del Vecchio
Doctorant en science politique
Sciences Po Lyon
UMR Triangle & UMR G-Eau 

 

Les tutelles de l'UMR

  CIRAD IRSTEA

Ligne de séparation