1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>
Vous êtes iciAccueilProductionsThèses2014 - Optimisation des tours d'eau sur un réseau de canaux d'irrigation - Hong Sothéa

2014 - Optimisation des tours d'eau sur un réseau de canaux d'irrigation - Hong Sothéa

Sothéa Hong a soutenu sa thèse intitulée "Optimisation des tours d'eau sur un réseau de canaux d'irrigation" le vendredi 11 juillet 2014 à 9 h 30, à Montpellier SupAgro, 2 place Pierre Viala, Montpellier, Cœur d’Ecole, Amphithéâtre 206.

Le jury était composé de :

Pierre-Olivier MALATERRE, ICPEF IRSTEA - Co-directeur de thèse

Gilles BELAUD, Professeur Montpellier SupAgro - Co-directeur de thèse

Olivier TEYTAUD, Chargé de recherche INRIA - Rapporteur

Ricardo ALIOD, Professeur Université de Zaragosse - Rapporteur

Rudy NEGENBORN, Assistant Professeur Université de TU de Delft - Examinateur

Roger MOUSSA, Directeur de recherche INRA - Examinateur

Céline HUGODOT, Directrice du Canal de Gignac - Invitée

 

Résumé de la thèse :

La plupart des réseaux d'irrigation gravitaire traditionnels, encore majoritaires dans le monde, distribuent l'eau aux parcelles agricoles à travers un réseau de canaux à surface libre. La distribution de l'eau sur ce type de réseau suit majoritairement le mode de distribution au tour d'eau et nécessite de définir un planning de manœuvre des vannes et un calendrier d'arrosage. La thèse propose une méthode générique permettant, de manière optimale, de les planifier ainsi que de définir en priorité des stratégies de modernisation d'un réseau afin d'améliorer et assurer la distribution. La méthode est basée sur la programmation linéaire en variables mixtes (MILP). Elle prend en compte des contraintes liées au système physique et aux enjeux de l'allocation et de la main d'œuvre. Cette méthode prend aussi en compte trois critères d'optimisation : l'adéquation, l'efficience hydraulique et la main d'œuvre, ces critères pouvant être pondérés pour tenir compte de priorités.

La méthode développée est testée sur un exemple, puis sur deux systèmes réels où les évolutions récentes ont profondément dégradé l'adéquation offre-demande, et où il existe des contraintes de main d'œuvre : le Canal de Gignac et le Domaine du Merle. La méthode permet alors de réduire fortement les volumes d'eau prélevés en tête de réseau mais non utilisés par les usagers, tout en assurant une très bonne adéquation offre-demande et un minimum de charge du travail du garde canal. Dans d'autres exemples, on montre qu'elle permet de bien identifier en priorité les vannes à automatiser et/ou les emplacements et les capacités des réservoirs tampons à mettre en place.

Mots-clefs :  canal à surface libre, irrigation, distribution d'eau, planification des tours d'eau, modernisation, optimisation

Les tutelles de l'UMR

  CIRAD IRSTEA

Ligne de séparation