1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer>

Mai 2017 - Stage M1 - 4 mois - Projet INOVINEA - Conduite de vigne sous paillis artificiel sur l'inter-cep...

Projet INOVINEA  - Conduite de vigne sous paillis artificiel sur l'inter-cep Pluvial  & Irrigué avec ou sans plantes de couverture cultivées en inter-rangs

 

Laboratoire d’accueil : UMR G-EAU, IRSTEA Montpellier

Partenariats : INOVINEA (Jeune startup régionale)

Contacts :Patrick Rosique, (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

Contexte

Gestion de l’enherbement dans le cas viticole

La présence d'herbes dans les cultures en rangs peut avoir des effets bénéfiques sur le plan agronomique, parmi lesquels :                            

         - Stimuler de l'activité biologique

         - Lutter contre les risques d'érosion

         - Offrir une meilleure portance

Par contre,  cela entraîne un effet souvent négatif et contraignant sur la ligne du rang arborée ou sur l'inter ceps dans le cas de la vigne. Ces plantes adventices font concurrence à la plante principale  par leurs consommations en eau et éléments fertilisants, et favorise ainsi sous  certains climats du stress hydrique et minéral.

De ce fait la gestion l'inter-ceps ou la ligne du  rang d'arbres fruitiers est la plupart du temps désherbé, et cela;

          - Mécaniquement par des outils agricoles avec plusieurs passages (outils inter-ceps)

          - Chimiquement (désherbant foliaire) (augmentation des surfaces traitées en 2016)

          - Physiquement mise en place de paillis (écran plastique ou naturel)

 

Différentes études ont montré les avantages et les inconvénients de ces techniques, mais surtout  l'effet néfaste  après environ quatre années d'utilisation des  outils inter-ceps (arrachage de ceps), ou de mise en place de paillis demandant à être renouvelé (coût).

La dégradation des ceps et des systèmes d'irrigation,  la  pollution des nappes et des espaces environnants  devient un handicap de coût en matériel,  de main d'œuvre,  tout en  augmentant le risque sanitaire pour les utilisateurs et les citoyens lambda, avec l'épandage de produits chimiques toxiques pour l'humain et la faune biologique.

 

Objectifs du stage          

Le stage se déroulera dans le cadre de la première année d’expérimentation des travaux sur la commune de Caux portant sur l’optimisation de la conduite d’un système viticole sans herbicide, avec ou sans irrigation localisée de surface ou enterrée  et avec une option de couverture végétale constituée de plantes de services, cultivées en inter-rangs avec nouveau concept de paillis artificiel  (Tuile Symbio).

De manière plus détaillée, le stagiaire aura en charge :

  • Le suivi hydrique et de développement foliaire  de la culture;
  • Le suivi des adventices;
  • L'identification des contraintes liées à l’utilisation d’un paillis artificiel;
  • Etude de l’impact sur l’érosion des sols  et le ruissellement;

 

Modalités pratiques et encadrement

Le stage se déroulera  sous forme de missions avec déplacement une à deux fois par semaine avec  un encadrant sur le territoire de Caux (Pézenas). L’accueil et la partie bureautique  sera au sein de l’UMR G-EAU (IRSTEA Montpellier).  Le stage  sera à dominante expérimentale mais  comportera également une phase d’analyse de données. Selon la motivation et les intérêts du stagiaire, une phase de modélisation du bilan hydrique à partir du modèle PILOTE (1D) pourra être envisagée. L’encadrement sera assuré dans l’ensemble  par  Patrick Rosique  (AI) et les travaux seront conduits en collaboration avec un ingénieur d’étude en instrumentation-métrologie (C. Dejean), sous supervision d'un chercheur (B. Molle).

Les résultats et le  système innovant seront présentés pendant le SITEVI de Montpellier  en novembre 2017. (La présence du stagiaire  lors de cette présentation peut être envisagée.)

 

Durée : 4 mois (mai à août 2017)

Rémunération : 508.20€ mensuel

Conditions de séjour: poste de travail individuel, accès cantine sur site

 

Profil du candidat

-       Master 1 en agronomie/hydrologie

-       Goût prononcé pour le travail de terrain

-       Esprit de synthèse, capacité rédactionnelle, autonomie et rigueur

-       Connaissances de bases des transferts sol – plante – atmosphère

-       Maitrise des logiciels de bureautique, R serait un plus.

-       Permis

Les tutelles de l'UMR

  CIRAD IRSTEA

Ligne de séparation